:)
21 Janvier 2019

Marc Ducret Trio + 3

Métatonal

par Jean-Philippe Haas

Entre 2011 et 2013, le guitariste Marc Ducret enregistre l'énorme tétralogie Tower, inspirée d’une scène du roman « Ada » de Nabokov. Cette œuvre à la fois exigeante et passionnante a quelque peu éclipsé le projet Métatonal qui l'a suivie. Tentons aujourd'hui de réparer cet impardonnable oubli.
Enregistré en live dans la salle du Triton en décembre 2014, cet album, tout en conservant une grande part d'improvisation et d'expérimentation, est plus accessible que ses prédécesseurs. Le trio formé par Marc Ducret avec la contrebasse de Bruno Chevillon et la batterie d'Éric Échampard est ici accompagné sur certains titres par trois autres musiciens : Fabrice Martinez à la trompette, Christophe Monniot aux saxophones et le bien-nommé Samuel Blaser au trombone.

Le concert s'ouvre sur les syncopes répétitives de « Dialectes », un titre à l'entrée très rugueuse qui tient autant du rock expérimental que d'une fusion jazz très électrique, passant brutalement d'une fougue épileptique à un impromptu atmosphérique. Les vents n'interviennent réellement qu'à partir d' « Inflammable », redonnant une véritable coloration jazz à une composition toujours aussi saccadée mais où la chaleur de cuivres explosifs s'est soudainement invitée… pour disparaître aussitôt, laissant place à la sécheresse de la guitare électrique. Et c'est ainsi tout du long : ruptures nettes, rebondissements imprévisibles ou motifs répétitifs, tempêtes électriques, métalliques ou moments flottants, passages où l'improvisation joue un rôle important, tantôt illustrés par les souffleurs, tantôt égratignés par les crissements de la guitare. Seul le final « Porteur de lanternes » semble suivre une certaine progression, un semblant de crescendo, un chemin qui mène d'un calme inquiétant vers une fureur franche et massive. Pour le reste, on a plutôt du mal à suivre, mais on ne s'en préoccupe guère : c'est organique, c'est vivant, c'est déroutant.

Monochrome et en même temps coloré, Metatonal joue sur la liberté et la virtuosité de ses musiciens. Ducret sait s'entourer, et en fait une nouvelle fois la démonstration. On attend avec impatience la sortie du premier album de Shout, son nouveau groupe, qui se veut « sans complexes, accessible, et agréable à entendre ».

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir