:)
30 Juillet 2018

Clément Janinet

O.U.R.S.

par Choreo

« Ornette Under the Repetitive Skies », voilà ce qui se cache derrière le curieux acronyme O.U.R.S . Tout est dans le titre. L'Ornette en question n'est autre qu'Ornette Coleman, pionnier et précurseur du Free Jazz dès la fin des années cinquante. Il y a en effet une vraie confrontation ou plutôt un dialogue entre le Free Jazz et la musique répétitive américaine. Cependant ce sont loin d'être les seules influences perceptibles le long de cet album. Clément Janinet et ses cinq compères nous offrent ainsi des compositions métissées qui ne manqueront pas de nous surprendre.

C'est avec un spleen baudelairien que nous commençons l'écoute grâce à « Crions » (découpée en deux parties). Dès le début nous sommes confrontés à une sonorité qui n'est pas sans rappeler celle du fameux groupe Masada de John Zorn. Bien qu'il soit très attiré par les pays africains et de l'Amérique du Sud, Clément Janinet a confectionné des thèmes imbibés de culture orientale et ce n'est pas étonnant puisque le compositeur est féru de voyages. On retrouvera son intérêt pour l'Afrique dans « Danse », un titre court mais dont la rythmique et les sonorités nous plongent au cœur des tribus les plus retranchées. Certaines compositions nous évoqueront des paysages plus asiatiques comme « Niana » (un vrai délice). Mais au côté de toutes ces inspirations exotiques, on retrouve des parties résolument rock. Ce n'est qu'en écoutant « Ours » que l'on découvre vraiment la face cachée du groupe : une batterie lourde, des timbres déchaînés et une guitare pleine de vice, ça rugit dans tous les sens.

Au milieu de tout cela on trouve les « codes classiques » de la musique minimaliste américaine comme le fameux « phasing/dephasing » de Steve Reich ou encore les ostinatos hypnotiques à la Terry Riley. On a également le droit à des touches de «tintinnabuli» dans « Fy ». Si vous voulez expliquer le projet O.U.R.S à un de vos proches, montrez lui le titre éponyme « Ornette Under the Repetitive Skies » : tout y est ! Une base solide et répétitive (qui pourrait symboliser les compositions de Clément Janinet) autour de laquelle chacun des musiciens vient apporter sa touche personnelle par l'improvisation. La prise de son est bonne, les titres bien structurés et l'on a droit à quelques surprises, alors pourquoi ne pas écouter O.U.R.S ?

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir