:|
12 Juillet 2018

Naragonia Quartet

Mira

par Choreo

Amateurs de bals ou autres fêtes dansantes (de préférence traditionnelles car il va vous être compliqué de montrer vos talents de B-Boy sur ce genre de musique, quoique...) vous trouverez sûrement votre bonheur dans ce Mira que nous offre le Naragonia Quartet. Si à la base le groupe n'était qu'un duo (Pascale Rubens et Toon Van Mierlo), deux autres compères (Luc Pilartz et Maarten Decombel) se joignent à l'équipe pour la troisième fois. Aussitôt réunis, ces multi-instumentistes nous offrent un univers sonore très spécial. En effet si l'on devait décrire le style du Naragonia Quartet, on pourrait dire que ce sont des compositions et des mélodies « d'aujourd'hui » avec un arrangement traditionnel. Et ça donne un résultat plutôt singulier. Le titre « Naya-Castor » en est un bel exemple. La rythmique invite à la danse, la mélodie est bien perceptible et le son grinçant de la cornemuse vient vous chatouiller les tympans. Seulement, l'orchestration très spécifique a tendance à réduire l'ouverture harmonique et l'on se retrouve à entendre deux à trois instruments jouer le même thème à l'unisson ou à l'octave. Cela donne une sonorité bien particulière mais c'est tout de même un peu dommage car avec quatre musiciens il est surement possible d'arriver à un résultat encore plus ample et plus « harmonieux » du point de vue de l'écriture.

Cependant, il faut avouer que ce n'est pas l'énergie qui manque à ce groupe ! On peut dire qu'il y a deux types de compositions dans cet album : les ballades paisibles et les danses endiablées. Et c'est bien dans ces dernières que le quartet convainc le plus. Dans « Lawings-Crossbills », une folle verdeur se dégage et l'on est transporté. Et justement, les « problèmes » d'harmonisation disparaissent ou du moins sont plus cohérents. Il faut tout de même préciser que plus on avance dans l'écoute, plus l'équilibre se fait (« Angiolino - Valzer di Monticello- » est le titre qui marche le mieux).

Malgré une belle énergie, des thèmes plaisants, on manque de surprise. L'écoute est un peu trop confortable. De très bonnes idées qui auraient pu se démarquer ne sont malheureusement pas développées jusqu'au bout. Même si la durée de l'album est idéale, on n'en aurait pas voulu au Naragonia Quartet de prendre un peu plus son temps afin d'aller plus loin dans ses propositions. L'album n'en reste pas moins sympathique et son écoute agréable; alors si vous cherchez de quoi faire danser vos convives, faites un saut en Flandre et laissez-vous porter par le son de l'accordéon !

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir