:(
11 Juin 2018

Michel Reis / Marc Demuth / Paul Wiltgen

Once In A Blue Moon

par Choreo
dans

Once in a Blue Moon est le nouvel album du trio luxembourgeois Reis / Demuth / Wiltgen. Au premier abord on est confrontés à une pochette bleue, où l'on voit les trois interprètes tout souriants et complices. Cela annonce bien la couleur de ce que l'on va entendre, mais pas forcément dans le bon sens du terme...

En effet, on commence par une belle entrée en matière avec un « Freedom Trail » plein de groove, qui met l'auditeur en appétit. Seulement, plus les morceaux s'enchaînent plus on reste sur notre faim... Il y a en fait un réel manque de relief. Et cela est surement dû à un piano de mauvaise qualité (l'instrument, pas l'interprète) mais aussi à une prise de son pas forcément très claire. Michel Reis a tendance à se faire engloutir par le reste des instruments, ce qui donne aux compositions un aspect assez plat.

Pour ce qui est des morceaux, l'ensemble est quand même très sage. Ça manque de rage et de tripes. Les compositions sont élégantes et bien jouées mais voilà le souci : c'est une belle exécution. Les trois hommes nous content des histoires mais on en connait trop facilement les péripéties et l'on devine presque à chaque fois la fin. C'est assez charmant mais vraiment trop candide. Et puis entre la pochette sympathique, le jeu très harmonique et les titres pleins d'espoir (« New Begining », « Coming Home », etc...) on se croirait dans un « Feel Good Movie » ! Non pas que les albums au ton plus joyeux et rayonnant soient ennuyeux mais là, il manque cruellement de nuages dans ce ciel bleu.

Cependant il faut tout de même saluer le jeu du bassiste (Marc Demuth) qui a su donner un peu plus de caractère aux morceaux. La prise de son est bien mieux équilibrée lorsque celui-ci joue en solo. C'est bien dommage que tout soit si lisse car il y a un beau potentiel à exploiter mais le trio n'a pas su saisir les occasions de se démarquer (dans « Sunrise in Juba », peut-être aurions nous pu goûter aux saveurs de l'Orient ?). Le trio est tout de même bien à l'aise dans les compositions plus groovy (« A Day in a Village » est pas mal du tout et se démarque du reste de l'album) ce qui n'est pas forcément le cas pour le reste des morceaux qui sont un peu trop « à l'eau de rose ». C'est sympathique mais trop gentil, trop prévisible. On attend encore de découvrir la face cachée de la Lune.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir