Edito

Bilan 2013

30 Janvier 2014

Le vote des lecteurs et de la rédaction

par L'équipe de Chromatique.net

De mémoire, on n’avait jamais entendu autant de merveilles sur une année civile. Force est de constater que 2013 restera un grand cru pour les musiques progressives. À ce titre, on se permet de ressortir l’adage : quantité n’égale pas qualité. Peu d’albums incontournables cette année, mais quels albums ! Si nous vous avons sollicités, chers lecteurs, c’est parce que nous-mêmes à la Chromateam avons eu quelques migraines à pouvoir dresser un tableau d’honneur. Pourtant même si l’évidence était de mise, nous avons décidé dans un souci d’interaction et toujours pour être plus proches de vous, de vous donner la parole en recueillant vos votes.

À bien y réfléchir, un bilan de fin d’année, c’est un peu comme le vote du Ballon d’Or en football. Ainsi vous avez plébiscité trois albums majeurs, et le grand gagnant parmi les artistes affiliés se nomme sans surprise Steven Wilson. Même si pour certains c’était gagné d’avance, le génial anglais a une nouvelle fois éclaboussé la planète prog de sa classe avec The Raven That Refused To Sing… and Other Stories, ponctué par des concerts de toute beauté donnés à Paris, Lyon ou au Lorelei Festival. L’addition de musiciens exceptionnels comme Guthrie Govan et Marco Minnemann jumelée au génie de la production d’Alan Parsons rend cet album indispensable.

Le deuxième album qui est revenu dans vos suffrages relève plus d’une relation sentimentale puisqu’à chacune des sorties d’Ayreon, Arjen Lucassen génère une grande attente. The Theory Of Everything n’a, une nouvelle fois, pas dérogé à la règle. Avec succès, le géant batave a réinventé son approche et contacté comme à son habitude (mais en quantité réduite eu égard des productions précédentes) des pointures des scènes progressives et metal (Marco Hietala, Cristina Scabbia), ainsi que deux grands talents à surveiller comme Mike Mills (Toehider) ou Sara Squadrani (Ancient Bards).

De ce qui ressort de vos votes, la dernière galette ayant réussi à émoustiller vos sens fait d’Haken l’un des potentiels fers de lance à venir pour la scène progressive internationale. Quel succès pour The Mountain, et pas seulement en France ! On présentait souvent Haken comme un grand espoir du genre, soulevant toutefois quelques réserves liées à l’enthousiasme un poil démesuré de certains. Mais il faut reconnaître que The Mountain est simplement l’un des meilleurs disques de l’année. À ce trio de tête, vous avez été quelques uns à mentionner à juste titre, les albums de Jolly, Karnivool, Leprous, Caligula’s Horse et Dead Letter Circus. La France est également bien représentée puisque vous avez semble t-il apprécié les productions de Vivien Lalu, PYT, Nemo et d’Arno Strobl + 6:33.

À l’inverse du Ballon d’Or, il existe également le ballon de plomb qui récompense (sic) le disque boulet sorti cette année. Là aussi le débat promet d’être animé, puisque c’est Dream Theater qui décroche si l’on peut dire ainsi le pompon. Groupe jadis adulé, aujourd’hui controversé, voire conspué (si si, on vous assure), son album éponyme suscitait pourtant de nombreuses questions, curiosités et même espoirs, quant à l’intégration de Mike Mangini. Son apport en tant que compositeur et l’influence sur les nouveaux titres ont été scrutés sous tous les angles. Le résultat n’est hélas pas à la hauteur des attentes. Alors certes, d’aucuns diront que les fans sont trop exigeants envers Dream Theater mais honnêtement, ça ne date pas d’hier. Quelques-uns d’entre vous ont été déçus par les sorties de Marillion et Blackfield, deux artistes pour lesquels il n’est apparemment accordée aucune pitié.

En bons amateurs de musique qui se respectent, vous avez également, en 2013, fait chauffer vos lecteurs DVD et Blu-ray. Dans cette catégorie, la palme revient à Anathema et son lumineux concert Universal, transparent de limpidité. Le gang des frères Cavanagh a sorti là le témoignage parfait de leur discographie sur scène, juste devant Dream Theater avec son Live At Luna Park et Devin Townsend. Viennent ensuite Marillion, Peter Gabriel, Flying Colors, Lazuli et Steve Hackett.

Puis il faut bien le dire : vous êtes sortis cette année pour apprécier les performances scéniques de vos artistes préférés. Là aussi, nombreux parmi vous ont été semble-t-il, subjugués par la prestation de Steven Wilson en mars 2013. Il serait également injuste de ne pas mentionner les passages remarqués de Toto, Marillion, 65Daysofstatic, Sleepmakeswaves, Fish ou encore Leprous et son concert mémorable au Divan du Monde. Certains se sont délectés, hors de nos frontières, des concerts de Rush, The Enid et d’Opeth lors du Lorelei Festival.

Tous ces points constatés nous font dire que 2013 fut un cru fort goûteux. Gageons que cette nouvelle année soit dans la continuité et que nous puissions témoigner de la sortie d'éventuelles pierres angulaires progressives ou à la lisière du genre. Enfin, comme nous sommes encore en janvier au moment où ces lignes sont écrites, toute l’équipe vous présente ses meilleurs vœux pour 2014 et vous la souhaite bien bonne.

Commentaires 

#1 ph 02-02-2014 14:13
Faut dire que le dernier DT est quand même vraiment mauvais. Ils se sont ramassés une vraie déculottée musicale par Haken.

Wilson a son apogée, album merveilleux.
Citer
#2 nama 05-02-2014 13:27
Wilson et Haken grandiose !!!! J'ai découvert aussi les albims de Karnivool et wouaaaaah !! :D Une excellente année pour nos oreilles, j'espére que 2014 sera aussi bonne :)
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir