:)
13 Mars 2008

Laurent de Wilde

PC Pieces

par Mathieu Carré
Un disque s’aborde toujours d’abord par sa pochette. Et dans le cas du dernier album de Laurent de Wilde, pianiste de jazz ayant déjà flirté à de nombreuses occasions avec les nouvelles technologies, elle dévoile beaucoup de l’expérience à venir. D’abord, la main est surprise : on joue avec les textures, tel le nourrisson sur son tapis d’éveil qui recherche les sensations nouvelles, et on remarque ce jaune criard qui précise bien le message. Si les infidélités du pianiste au conformisme du jazz étaient connues, avec PC Pieces, de Wilde lui a véritablement fait un enfant dans le dos.

Démolir et reconstruire, tirer la substantifique moëlle de son instrument pour ensuite la concasser, la déformer et l’agglomérer en un nouveau tout : le pianiste afflige un traitement de choc à son compagnon. En l’écorchant ainsi, il met à nu toutes ses richesses, souvent peu exploitées : cordes triturées, percussions sur le bois ou motifs minimalistes de quelques notes... Recueillies par Otisto 23, toutes ces fractions vont être accumulées, assaisonnées à l’électronique et retournées à l’expéditeur en temps voulu. A la fois fournisseur de matière première et architecte, de Wilde assemble et improvise, à peine quelques phrases, pour souligner la qualité de l’ensemble dans un exercice très éloigné de l’utilisation habituelle de l’instrument. Allons à l’essentiel, le résultat est proprement stupéfiant.

Stupéfiant et bien sûr, hors de toute classification. Si le prestige passé de son auteur vaut à ce disque de se retrouver dans les rayons jazz des disquaires, la musique de PC Pieces s’en éloigne à grands pas. Le doigté délicat est toujours présent (l’introduction du sublime « Piano for ever »), mais il est noyé dans un tourbillon d’influences relevant davantage de la musique électronique. Le traitement des ambiances, l’apprêt quasi-chirurgical de l’ensemble rappelle les grands orchestrateurs du genre comme Murcof. A l’instar du Mexicain, de Wilde trouve dans ces superpositions un équilibre et une profondeur déconcertantes. Les mélodies sont absentes ou presque, on navigue dans la toile dense tissée par les deux hommes grâce au rythme, aux répétitions, à une douce sirène en morse sur une note non retouchée (« Ultimate Tea Party »). Au travers de cette recherche d’un groove désincarné, de Wilde se rapproche de Nik Bärtsch, autre chaman inclassable, et de cette hypnose électronique, surgissent alors quelques spectres venant d’un autre temps, CAN et le krautrock, qui attendaient sagement depuis trente ans (« Glitch »). Qu’ils se rassurent, la relève est là.

Fruit d’une collaboration presque symbiotique entre Laurent de Wilde et Otisto 23, PC Pieces est un disque qui aura toutes les difficultés du monde à vieillir. Porte d’entrée vers les deux univers dont il est l’enfant quasi-illégitime, sa découverte mélange le bonheur à l’initiation. Comble du raffinement (et initiative salutaire dans les remous de l’industrie du disque), une face DVD expose les images de cinq compositions, enregistrées en public et distillées en temps réel. Impressionnée, l’assistance présente applaudit sans retenue, et on serait presque prêt à en faire autant devant son écran.

  • Année: 2007
  • Label: DTC Records

Commentaires 

#1 StevCals 21-10-2019 08:45
Does Amoxicillin Cause Headaches Elocon Website Internet Fedex Shipping Low Price Order Plavix From India canadian pharmacy cialis 20mg Warfarin Without Prescription Kamagra Naturale In Linea
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir