Live Report

Bumblefoot

15 Décembre 2005

Bumblefoot

par Dan Tordjman

CONCERT : BUMBLEFOOT

 

Lieu : Paris, la Maroquinerie
Date : 13 novembre 2005
Photos : Dan Tordjman

En ce 13 novembre, nombre de cœurs ont balancé entre Porcupine Tree et Bumblefoot. Cruel dilemme ! A tel point que, pour ne pas avoir de regrets, vous êtes restés chez vous pour regarder Urgences. Soit, c’est un choix. Si pour Rémy Turpault et Djul, le choix ne fut pas long, pour votre serviteur non plus. Le pire, c’est que chacun est persuadé d’avoir passé une soirée d’enfer, sans comparaison avec « l’autre ». Voici donc la recette pour passer une bonne soirée… avec Bumblefoot.

Set-list : Can’t Take My Eyes Off Of You – Real – Turn Around – Rockstar For A Day – Overloaded – The Color Of Justice – Life Inside Your Ass – Guitars Suck – What I Knew – Shrunk – Hands – Raygun – Fly In The Batter – Drunk – Don Pardo Pimpwagon – Hangup & Brooklyn Steakhouse avec Stéphane Alaux et Elmobo – Happy (The Nerve) – Delilah – Go – T-Jonez – Ronald’s Coming Back Now. Rappel : Shadow – Thank You

Pour les astiqueurs de manche, ce 13 novembre fut à marquer d’une pierre blanche. En mars dernier Ron Thal avait effectué son retour dans le beau pays du fromage, et les avis s’étaient révélés plus ou moins partagés, certains trouvant même que le guitariste s’était un peu moqué du monde suite à une prestation pour le moins bâclée (l’avion de Dennis Leeflang ayant été annulé, le groupe n’avait pu répéter). Qu’à cela ne tienne, Ron Thal semble avoir compris le message et a donc travaillé d’arrache-pied avec Dennis Leeflang et les frères Nerve, fraîchement recrutés, pour répéter les morceaux de son dernier album, Normal. En dépit d’une vilaine bronchite pour notre ami virtuose et d’une méchante grippe pour ses acolytes, le groupe se présente au complet dans une Maroquinerie bien remplie.
Mais avant le plat principal, ce sont les Bordelais de Plug In qui sont chargés de mettre le feu aux poudres. Pour ceux qui suivent Bumblefoot depuis un moment, Plug In n’est pas une découverte. Le groupe est composé entre autres de Stéphane Alaux et Elmobo, qui furent respectivement guitariste et bassiste de Ron Thal. Et les quatre Girondins marquent des points car leur son est parfait et le public en est quitte pour une belle leçon d’acrobaties guitaristiques, car Stéphane Alaux prouve qu’il n’a pas foulé les planches aux cotés de Ron Thal par hasard. On découvre en Plug In des musiciens doués qui maîtrisent leurs instruments, notamment Denis Cornardeau, deuxième guitariste, dont les quelques interventions bluffèrent la Maroquinerie. Carton plein donc pour Plug In, surtout grâce à « Concrete » et « Hijack » qui provoquèrent une sacrée salve d’applaudissements.

Quinze minutes de pause sont décrétées avant de nous faire une raison. En voyant les musiciens de Bumblefoot arriver sur scène enserrés dans des camisoles de force, en compagnie de quatre ravissantes infirmières, on a la confirmation nette de ce que l’on redoutait : ces gens sont fous, et la scène est le seul endroit où ils peuvent s’exprimer. Le mot d’ordre est lancé : « Tout le monde à poil ! » dixit Ron Thal. Les frères Nerve semblent sortis tout droit de l’asile et ce n’est pas le « Can’t Get My Eyes Off Of You », chanté par Randy Nerve et repris aux refrains par Ron Thal, qui prouvera le contraire.
La première partie du concert fait la part belle à Normal, et l’on sent une certaine différence avec le concert de mars. Certains titres du dernier album prouvent d’ailleurs qu’ils passent bien l’épreuve de la scène, notamment « Overloaded » , « Turn Around » ou l’évocateur « Life Inside Your Ass ».

Après avoir mis en avant Normal, Bumblefoot s’en alla puiser dans ses tubes, à commencer par le mythique « Guitars Suck », véritable démonstration de guitare attendue par l’auditoire, suivi du sautillant « What I Knew » et du toujours aussi jouissif « Hands ». Histoire de rappeler le bon vieux temps, Fanalo et Elmobo furent invités sur scène pour interpréter « Hangup » et « Brooklyn Steakhouse », qui n’étaient pas prévus au programme, avant qu’à leur tour, les frères Nerve y aillent de leur chanson, « Happy », un bon rock sympa. Les musiciens reprennent les débats avec quelques salves d’Uncool qui se terminent par « Ronald’s Coming Back Now ». En rappel, « Shadow » et « Thank You » se chargent de clôturer une soirée sympathique, où Ron Thal s’est réconcilié avec son public après sa prestation mi-figue mi-raisin du printemps dernier. Les quatre musiciens quittent enfin la scène comme ils l’ont investie : escortés par leurs infirmières et ficelés dans leurs camisoles.
Reviens quand tu veux Ron (sans camisole si possible, c’est pas génial, pour la guitare) !

Dan Tordjman

site web : http://www.bumblefoot.com

retour au sommaire

Concert du 0000-00-00 / ( )

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir